Lors du pèlerinage à La Mecque, l’Arabie saoudite a déclaré 1 301 décès, la plupart survenus sans autorisation officielle.

L’Arabie saoudite a annoncé la triste nouvelle de la mort de 1 301 pèlerins lors du grand pèlerinage musulman à La Mecque, qui s’est déroulé du 14 au 19 juin sous des chaleurs caniculaires. Ces décès ont été causés en grande partie par les conditions extrêmes auxquelles les pèlerins ont été exposés, notamment le manque d’abri et de confort. De plus, la plupart des victimes n’étaient pas autorisées à participer au hadj.

Le ministre de la santé saoudien a tout de même qualifié la gestion du pèlerinage de « réussite », affirmant que plus de 465 000 services de traitement spécialisés ont été fournis, dont 141 000 à des personnes qui n’avaient pas l’autorisation officielle de participer.

Les autorités égyptiennes ont pris des mesures en sanctionnant seize agences de voyages pour « fraude », les accusant d’avoir fait voyager illégalement des pèlerins vers La Mecque.

Le hadj, l’un des cinq piliers de l’islam, est un rituel auquel tout musulman qui en a les moyens doit participer au moins une fois dans sa vie. Cette année, 1,8 million de pèlerins ont pris part au pèlerinage, la plupart venant de l’étranger. Les températures élevées et le réchauffement climatique sont des facteurs qui rendent le hadj de plus en plus dangereux pour les fidèles.

En effet, La Mecque a déjà enregistré un réchauffement de près de 2°C, bien au-dessus de la moyenne mondiale. Des chercheurs américains ont averti en 2019 que dans le futur, le dérèglement climatique pourrait exposer les pèlerins à un « danger extrême » lorsque le hadj se déroulera pendant les mois les plus chauds de l’été.

Il est crucial que les autorités prennent des mesures pour assurer la sécurité des pèlerins et sensibiliser sur les risques liés au changement climatique lors de ces événements religieux majeurs.

pour en savoir plus : L’Arabie saoudite annonce 1 301 morts lors du pèlerinage à La Mecque, la plupart sans autorisation officielle