Les maisons affectées par la sécheresse sont-elles suffisamment assurées contre les risques de fissures ?

Les maisons fissurées à cause de la sécheresse : un phénomène massif et des politiques publiques critiquées

La sécheresse de 2022 a laissé son empreinte sur plus de 6 800 communes françaises, soit une commune sur cinq, reconnues en état de catastrophe naturelle. Les maisons construites sur des sols argileux sont particulièrement touchées, exposées aux fissures et aux dégâts causés par le retrait-gonflement des argiles.

Cependant, de nombreuses communes et sinistrés sont laissés de côté chaque année en raison des critères restrictifs des politiques publiques. En effet, selon des rapports récents, un grand nombre de maisons endommagées par le retrait-gonflement des argiles ne sont pas reconnues en tant que catastrophes naturelles, car les arrêtés n’ont pas été demandés ou ont été refusés. En moyenne, 52% des demandes ont été refusées entre 2010 et 2020, privant ainsi les sinistrés de toute indemnisation.

Pour remédier à cette situation, le gouvernement a modifié les critères d’éligibilité en publiant une circulaire le 6 mai, permettant ainsi d’augmenter le nombre de communes éligibles. Cette mesure devrait conduire à une augmentation d’environ 17% du nombre de communes reconnues annuellement, notamment celles ayant subi une sécheresse jugée « anormale » sur la période 2018-2022.

Désormais, pour qu’une commune au sol argileux puisse bénéficier d’un arrêté Cat Nat, elle devra répondre à l’un des trois critères d’éligibilité établis. Le premier critère consiste à avoir subi une sécheresse jugée anormale, mesurée par un indicateur d’humidité des sols superficiels. Cette nouvelle approche, plus favorable que la précédente, devrait permettre à un plus grand nombre de sinistrés de bénéficier de l’indemnisation nécessaire pour réparer les dégâts causés par la sécheresse.

Cependant, il est important de noter que la suite de cet article est réservée aux abonnés, empêchant ainsi une diffusion plus large de ces informations cruciales. L’accent est donc mis sur la nécessité de sensibiliser davantage le public et les autorités sur ces enjeux liés à la transition écologique et à la protection des habitations face aux phénomènes climatiques extrêmes.

pour en savoir plus : Les maisons fissurées par la sécheresse mieux assurées ?