Les économies d’énergie dans le secteur tertiaire : exploiter le potentiel des bâtiments pour réduire la consommation d’énergie.

En mai 2024, l’Union européenne a promulgu une nouvelle directive visant à renforcer la performance énergétique des bâtiments, en particulier dans le secteur tertiaire. Cette directive, appelée Directive sur la Performance Energétique des Bâtiments (DPEB), a été définitivement adoptée le 12 avril et est entrée en vigueur le 28 mai.

Selon Rachida Boughriet, journaliste spécialiste du dossier pour Actu-Environnement, cette nouvelle directive vise à renforcer les objectifs en matière d’efficacité énergétique, mais la France dispose déjà d’un cadre réglementaire solide sur le sujet, avec des lois telles que la loi Climat et la loi Accélération de l’Énergie renouvelable, le paquet RE 2020 ou encore les décrets Tertiaire et Bacs. Cependant, la transposition de cette directive européenne entraînera des modifications significatives dans les politiques françaises.

En France, plusieurs mesures sont déjà mises en œuvre pour soutenir la rénovation et l’optimisation énergétique des bâtiments tertiaires. Par exemple, les contrats de performance énergétique (CPE) peuvent conduire à une réduction moyenne de la consommation énergétique de l’ordre de 30% sur une période de cinq à quinze ans.

La flexibilité est également un aspect important. Des initiatives telles que le programme Goflex, lancé par l’Institut français pour la performance du bâtiment (Ifpeb) et le gestionnaire du réseau d’électricité, RTE, visent à faciliter les modulations électriques pour les propriétaires de bâtiments tertiaires.

En ce qui concerne les prochaines élections législatives anticipées, les programmes des principales forces politiques ne sont pas unanimes sur la question du bâtiment tertiaire. Seul le programme du Nouveau Front populaire montre une volonté de rénover les bâtiments publics.

En résumé, la nouvelle directive européenne sur la performance énergétique des bâtiments renforce les objectifs en matière d’efficacité énergétique, avec des implications importantes pour le secteur tertiaire en France. Des mesures telles que les contrats de performance énergétique et le programme Goflex montrent que des initiatives sont déjà en place pour soutenir la transition vers des bâtiments plus économes en énergie.

pour en savoir plus : conomies d’nergie : le potentiel du btiment tertiaire