Il est envisagé de créer un institut écocitoyen dans la Vallée de la chimie.

Un institut écocitoyen dans la Vallée de la chimie : vers une meilleure connaissance des pollutions

Des réflexions sont actuellement en cours pour la création d’un institut écocitoyen couvrant la Vallée de la chimie, dans le Rhône. Cette initiative, qui émerge des ateliers organisés par l’association Notre Affaire à tous, vise à améliorer la connaissance sur la contamination par les PFAS et à faciliter la transmission des informations.

Les participants aux ateliers ont exprimé un besoin crucial d’information, de transparence et de clarté concernant les pollutions et les risques auxquels ils sont exposés au quotidien. Malgré l’existence de structures telles que Spiral, les préoccupations liées à la contamination aux PFAS restent insatisfaites, ce qui a conduit à un désengagement de la part de l’État et à une perte de confiance de la part de certaines associations.

La création d’un institut écocitoyen local est perçue comme une opportunité majeure pour dynamiser les efforts en cours, notamment en matière de mesure des PFAS atmosphériques. La Métropole de Lyon soutient cette initiative et reconnaît l’importance d’avoir un organisme dédié pour être un interlocuteur avec l’administration d’État.

Les discussions actuelles portent sur la forme que pourrait prendre cet observatoire scientifique et citoyen des pollutions, impliquant des auditions de divers acteurs, tels que des scientifiques, des représentants de l’Institut de Fos-sur-Mer et des organisations nationales comme l’Amaris.

Notre Affaire à tous a émis cinq propositions clés pour cet institut écocitoyen, notamment une meilleure connaissance scientifique des pollutions, une transparence accrue, un suivi des infractions, une participation citoyenne à la gouvernance et une aide à la décision pour les autorités locales et l’État.

La question du financement de cette structure demeure un défi majeur, notamment en raison des difficultés de dialogue avec les industriels de la Vallée de la chimie. Des actions en justice ont été engagées pour garantir la responsabilité des entreprises en matière de décontamination et de respect des réglementations en vigueur.

En parallèle, d’autres territoires en France, comme Rouen et le Pays du Mont-Blanc, développent également des projets similaires d’instituts écocitoyens, inspirés par le modèle de Fos-sur-Mer.

En conclusion, la création d’un institut écocitoyen dans la Vallée de la chimie pourrait représenter une avancée majeure dans la compréhension et la gestion des pollutions, tout en renforçant la participation citoyenne et la transparence dans la région.

pour en savoir plus : vers la création d’un institut écocitoyen dans la Vallée de la chimie